Menu

Une monnaie locale est une monnaie circulaire au sens de l’économie circulaire

0 Comments

Une monnaie locale est une monnaie circulaire

au sens de l’économie circulaire.

Commentaire de Gérard Straumann

pour la Graine au débat sur l’ECONOMIE CIRCULAIRE

organisé par les Rencontres pour une MONDE NOUVEAU,

Montpellier 2.10.2021.

L’économie circulaire est en opposition complète à notre économie actuelle, dite linéaire.

Il est vrai que l’économie circulaire, celle des circuits courts et de la production éco-responsable est bien celle où les sous-produits ou déchets d’une production deviennent les matières premières d’une autre production avec une réutilisation, un recyclage, une réparation presque sans fins.

Alors que l’économie linéaire passe d’une matière première issue de la nature à la fabrication d’un produit qui finit en déchet non recyclable, avec des pollutions qui sont disséminées sur la planète pour la stériliser, la meurtrir, en diminuer la biodiversité, en modifier le climat.

Ces Rencontres nous ont proposé un plateau de 4 intervenants avec une belle dichotomie : d’un côté, les représentants masculins de LVMH et de LIDL et de l’autre les représentantes de Emmaüs et de H.O.P (Halte à l’Obsolescence programmée).

Les premiers nous expliquaient en gros le « greenwashing » du « business as usual » et les secondes les actions « témoignages » des associations pour aller vers l’économie circulaire.

L’intervention la plus virulente fut celle de Marc Antoine JAMET, Secrétaire Général du groupe LVMH et élu socialiste qui minimise l’impact de son entreprise dans la mesure ou le luxe ne pèserait pas grand-chose dans le total des rejets de CO2.

Mais il oublie d’expliquer que leurs produits sont élaborés par 150 000 salariés dans 70 pays différents, acheminés et vendus à travers le monde entier du matin au soir.

Mon intervention portait sur le fait que l’économie linéaire peut être par dérision qualifiée de « circulaire », mais ce sont les profits et les plus values spéculatives qui circulent le plus à l’échelle de la planète entière.

Cf l’article de Patrick Artus dans le Monde du 4/10/21 «une économie de la spéculation ».

Notre économie dominante met en œuvre des chaines de valeurs à l’échelle mondiale, en cherchant toujours à faire fabriquer chaque élément à moindre coût dans les zones à bas salaires lorsque la part de travail reste importante pour revendre les produits finis dans les pays à fort pouvoir d’achat ; ce qui entraine plus d’énergie pour les transports et moins d’emplois pour les pays comme la France.

Alors, du côté de LVMH, il est vrai que le cognac et le champagne sont produits en France, mais qu’en est-il de la mode ou de la maroquinerie ?

A l’opposé des monnaies mondialisées, une monnaie locale circulaire va stimuler, développer des chaines de valeurs locales, départementales, régionales et constituera un puissant accélérateur pour des relocalisations possibles et la mise en place de pans entiers de l’économie circulaire. Encaissant de la monnaie locale, tout producteur (agriculteur, artisan, industriel) va chercher à se rapprocher de fournisseurs de matières premières ou de clients au niveau local.

Même le représentant de LVMH admettait que cela pouvait être possible pour une marque telle que Vuitton qui emploie 6000 salariés en France, souvent regroupés sur des sites proches (mais sur un total de 19 000 dans le monde ,cependant).

Il faut assurément relier l’écologie à l’économie comme le dit Bertrand Picard : « Si on parle d’écologie sans parler d’emplois et d’économie, cela va braquer les gens » (Midi Libre du 2/10/2021). Mais, il faut que les modifications de rupture avec le modèle de l’économie linéaire atteignent une taille bien plus importante. A ce jour, ce sont 12 % des investissements en France peuvent être caractérisées comme allant dans le sens de la transition écologique, c’est très insuffisant.

Il faut aussi entendre l’appel de Jean Jouzel à se mobiliser dans les territoires      ( Midi-Libre du 2/11/2021 pour le « Monde Nouveau ») ; quel meilleur outil que les monnaies locales pour ce faire ?

P.S. Bizarrement ce débat, entièrement filmé, qui a suscité plusieurs questions critiques, n’a pas donné lieu à un replay de la part des organisateurs…

Je m'engageCatalogue des prestatairesCommande de Graines